Etudes de cohortes

 

Il s'agit de suivre pendant plusieurs années ou plusieurs décennies une population de sujets, sains ou malades, afin d'accumuler des connaissances fiables sur leur santé pour, par exemple, isoler une  variable (régime alimentaire, environnement, etc.) et déterminer son rôle et son effet sur la santé, ou développer plus rapidement de nouvelles cibles thérapeutiques.

Quatre cohortes labellisées Investissements d'Avenir

 

Une partie du budget du Programme Investissements d'Avenir a été consacrée au soutien aux cohortes. Des unités de recherche rattachées à la Faculté de Médecine Paris-Sud sont impliquées dans la conduite de 4 des 10 cohortes ainsi labellisées et financées.

Chronic Kidney Disease - Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie (CKD-REIN)

CKD-REINétudie des patient porteurs d’une maladie chronique du rein afin de mieux connaitre les causes, les complications possibles et d’identifier des meilleurs stratégies de prise en charge. Ce projet porté par l’Université Paris-Sud bénéficie d’un financement de 4 088 460 euros.

Etude Epidémiologique auprès des Enfants des femmes de l’Education Nationale (E4N)

E4N correspond à une étude prospective au niveau de la population générale, composée des enfants et petits-enfants des femmes d’une précédente cohorte (E3N, composée de 100 000 femmes suivies depuis plus de 20 ans). Il s’agit donc d’une étude prospective chez les jeunes adultes qui tient compte de l'environnement familial et génétique. La dotation attribuée à ce projet de cohorte est de 7 948 200 euros.

Recherche épidémiologique en Hémato-Oncologie PÉdiatrique (HOPE-EPI)

HOPE-EPI est une cohorte nationale sur les cancers de l’enfant, afin d’identifier les risques environnementaux et génétiques qui y sont liés et d’étudier la disparité des traitements et leurs effets secondaires à court et long termes. La dotation est de 5 582 300 euros.

CANcer TOxicities (CANTO)

CANTO a pour objectif d’étudier des toxicités chroniques des traitements anticancéreux chez 20 000 patientes atteintes d’un cancer du sein localisé, afin de développer de nouvelles thérapies, d’améliorer la qualité de vie des patientes et de diminuer les dépenses de santés. Le financement attribué à ce projet est de 13 870 288 euros.